Un blogue geek & techno

Wreck-it Ralph – Turbo Critique (Les mondes de Ralph)

2012-10-30-wreck-it-ralph

Le 2 novembre sortira en salles le nouveau film d’animation de Disney nommé Wreck-it Ralph (Les mondes de Ralph). J’ai eu la chance d’obtenir des billets d’avant première (merci @nicoduretour) et je vous en fais donc ma critique!

Mais d’abord, je veux seulement mentionner que je trouve assez étrange que Disney utilise autant de personnages qui ne sont pas les leurs, sachant que cette même compagnie est hyper protectrice envers ses symboles, histoires et personnages… Essayez de faire un film qui ressemble à La Petite Sirène juste pour le plaisir… Vous verrez que vous aurez rapidement plusieurs avocats de Disney à vos trousses.

Un film pour les enfants

Si vous êtes une enfant de 7 ans ou un de 37 ans, vous trouverez votre compte dans ce film. Gardez bien en tête qu’il s’agit là d’un film de Disney, donc que la cible est principalement très jeune, mais pour les plus vieux, quelques souvenirs reviendront à votre esprit. Mais trêve de bla bla conventionnel… En gros, le film est bien, mais vise une cible trop précise : les jeunes de 11 ans et moins ainsi que leurs parents. Point. En sortant de ce film, on croirait que l’histoire des jeux vidéo se limite aux jeux du début des années 80 et à ceux des cinq dernières années.

J’ai quand même apprécié le film, mais ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. Et plutôt que de continuer avec une critique décousue, et comme je me sens complètement partagé entre « j’ai aimé » et « je n’ai pas aimé », je vais simplement vous présenter le tout sous forme de liste…

Ce que je n’ai pas aimé

Commençons par faire sortir le méchant…

  • Ressemblance flagrante à Toy Story
    La première chose que j’ai pensée était que le comportement des personnages et surtout leur manière de vivre est exactement comme celle des jouets dans Toy Story : ils vivent réellement que lorsque personne ne les regarde (dans leur cas, que lorsque l’arcade est fermée). Ce n’est pas un défaut en soi, mais j’ai tout de même été déçu du (presque) plagiat.
  • Le manque de références aux plus grands…
    Oui, j’ai vu Sonic, Bowser et Ryu, mais aucun Mario, Link, Zelda, Samus, Cloud, Master Chief et compagnie. On voit tellement de personnages dans la bande annonce qu’on s’attend à en voir d’autres… mais non. Petite déception.
  • Justement, la bande annonce
    En la regardant, on espère voir participer les personnages classiques beaucoup plus, et surtout, on s’attend à ce que les lieux visités soient variés et touchants toutes sortes d’univers vidéo-ludiques. Non… Le trois quart du film se déroule dans une sorte de pays des bonbons, un peu à l’image de la boîte du jeu de société Candy Land ou du Pays du chocolat dans les Simpson.
  • Le doublage
    J’ai vu la version française. À priori, pour un film d’animation, ce n’est pas très différent de la version originale… Mais malgré la performance exceptionnelle de Benoît Brière dans le rôle du roi, j’ai eu énormément de difficulté avec la voix de Philippe Laprise. Je vais sembler très sévère envers lui… en fait, je serai très sévère envers lui : il n’a vraiment (vraiment!) pas été bon! Le problème, c’est qu’il prête sa voix au personnage principal! C’était malheureusement mauvais à un point tel que j’ai complètement décroché du film à plusieurs reprises.
    Je ne sais pas ce qui se passe avec les films d’animation 3D de Disney dernièrement (pas ceux de Disney-Pixar, mais bien ceux de Disney tout court), mais ce n’est pas la première fois que je sors avec ce malaise face à un doublage. J’ai eu la même sensation par rapport à la voix de Claude Legault dans le film Volt (Bolt), alors qu’il jouait lui aussi le personnage principal. Pourtant j’admire beaucoup Claude Legault… Bref, si vous voulez aller le voir et que vous êtes le moindrement à l’aise en anglais, n’hésitez même pas et optez pour la version originale!

Ce que j’ai aimé

  • L’animation des personnages
    Vous rappelez-vous, dans les vieux jeux vidéos, les personnages bougeaient de manière saccadée? Ils le font dans ce film aussi… et c’est très amusant à voir!
  • Pas de chanson! Yééé!
    Non, je n’aime pas trop les chansons de films de Disney en plein milieu de l’histoire… Et il n’y en a aucune :)
  • Les « insides »
    Le code des 30 vies de Contra, les cerises de Pac Man, le point d’exclamation de Metal Gear et quelques autres clins d’oeil du genre m’ont bien fait rire.
  • La 3D
    C’est certain qu’il est plus facile d’obtenir un bon résultat 3D (avec lunettes) dans un film d’animation que dans un long métrage tourné. Mais tout de même, l’effet de 3D était parfait : pas trop, pas trop peu.
  • Le côté humoristique
    Certains personnages de jeux connus ne se prennent pas au sérieux et c’est parfait comme ça. La réunion des Méchants Anonymes le montre bien. Le reste de l’humour est fidèle à ce que vous connaissez de Disney (sauf peut-être The Emperor’s New Groove).

À voir ou pas?

Si vous comptiez absolument le voir, allez-y. Sinon, passez votre tour et attendez qu’il sorte en location… Ce n’est pas un des grands films de Disney, mais il n’est pas mauvais non plus.

Mention spéciale : Paperman

Le clou de ma soirée était sans contredit le court métrage présenté en première partie : Paperman. C’est une histoire touchante se déroulant pendant les années 40 à Manhattan. Ce qui m’a le plus impressionné est la qualité visuelle de ce mini film : hybride entre 2D et 3D et doté d’une force artistique impressionnante. À voir :)

Court métrage de Disney Paperman

Catégorie : Cinéma, Jeux vidéo


Commentaires